Parachutisme
Monsieur B. Lallemand

 

J’ai 37 ans et ai commencé en 1988 à l’occasion d’une Préparation Militaire Parachutiste à Bricy (Orléans).

Ma première motivation était de découvrir ce monde des Paras dont j’ai toujours entendu parler étant d’une famille d’officiers para ou légion. Celle de mes parents était de me voir accorder un report d’incorporation pour faire mes études…

Dans la foulée de cette PMP, j’ai poursuivi l’expérience pendant les congés scolaires en tant que petite main des moniteurs de Bricy pour aider à l’encadrement quotidien des élèves PMP.

Eté 89, je me suis fait offrir une formation traditionnelle au centre de parachutisme sportif du Blanc.

Etant étudiant et financièrement non indépendant, j’ai du arrêter de sauter.

Reprise en 1995 avec mon affectation au 1er RHP de Tarbes en tant que Chef de Peloton à l’instruction des jeunes appelés. J’ai donc pu sauter à loisir tous les deux mois pour le Brevet Para de mes appelés pendant deux ans.

Mariage et début de vie professionnelle en 1997 : peu de temps, pas le budget, épouse pas du tout rassurée… Arrêt total.

Reprise en 2007 à Saint Denis de l’Hôtel, re-formation tradi, passage des différents brevets (vol relatif, précision d’atterrissage, freefly), et sauf nouvel accident je ne compte pas m’arrêter.

Le Week-end quand il fait beau (nous ne sommes pas à Antibes)…. Quand il n’y a pas d’activités louveteaux ou autres.

J'essaie de concilier cette passion très chronophage avec la vie de famille.

Hors sauts mili je suis à 120 sauts, ce qui est très peu. J’ai fait en moyenne 50 sauts par an ces deux dernières années, en 2009 on verra.

Va sauter ! C’est la meilleure façon de savoir. C’est tout ou rien en général.

Une poussée extraordinaire d’adrénaline à laquelle on devient accro, que je ne retrouve dans aucune autre activité ou divertissement.

Une satisfaction de faire quelque chose que peu font (je ne compte pas le tandem qui tient plus du tour de manège).

Une ambiance terrible dans les clubs.

La joie d’être dans le ciel et de s’y amuser avec des amis.

Je pense que comme moi la plupart des parachutistes auraient mille choses à raconter sur chacun de leurs sauts.